lundi 27 février 2017

Quand je serai partie de Emily Bleeker






Résumé :
« Mon amour, avant tout, je dois te dire que je t'aime, je n'ai pas choisi de vous quitter. »
Alors qu'il rentre chez lui après avoir enterré Natalie, la femme de sa vie et la mère de ses trois enfants, Luke Richardson trouve sur le sol de l'entrée une enveloppe bleue sur laquelle son nom est inscrit, d'une écriture qu'il connaît bien : celle de son épouse disparue. Bouleversé, il découvre une lettre de Natalie, rédigée le jour de sa première séance de chimiothérapie près d'un an auparavant. C'est le début d'une longue correspondance unilatérale, qui conduit progressivement Luke à découvrir des secrets trop longtemps enfouis. Tourmenté par les lettres de son épouse, obsédé par le besoin de découvrir qui les envoie, Luke en vient progressivement à remettre en question son mariage et sa famille.Parviendra-t-il, au-delà de la peine et de la souffrance, à envisager un avenir où l'amour subsiste envers et contre tout ? Est-il trop tard pour tenir ses promesses quand la personne qu'on aime a disparu ?



Mon avis :
Lorsque Natalie décède d'un cancer, Luke ne peut rester à s'apitoyer sur son sort car ses 3 enfants ont besoin de lui. Il y a Will, l'ado renfermé de 14 ans, la joyeuse May de 9 ans et le petit Clayton de 3 ans.
Pour l'aider à faire son deuil, Luke peut compter sur la meilleure-amie de Natalie, Annie, qui garde Clayton en journée mais aussi Jessie, une camarade de fac de Natalie.
Mais il y a aussi ces lettres post-mortem que Luke reçoit régulièrement, que sa femme a écrite alors qu'elle débutait ses séances de chimiothérapies. Si au départ elle lui ont fait le plus grand bien, rapidement, il va s'avérer que Natalie avait des secrets, qu'elle va dévoiler, et que Luke va remettre son couple en question et les années passées auprès de sa femme.

J'ai beaucoup apprécié ma lecture même si au fur et à mesure, j'ai trouvé le secret un peu gros et pas très crédible... Mais on ne peut pas dire qu'on s'ennuie à la lecture de ce roman qui est plein de rebondissements.
C'est intéressant de ne pas se centrer sur un seul personnage et de ne pas oublier que Annie et Jessie ont aussi des soucis, ça rend le récit plus réel.

Les personnages sont tous très intéressants.
J'aurai préféré qu'on en sache plus sur Luke, que ses sentiments nous soient dévoilés plus grandement, que l'auteure s'attarde sur sa tristesse, son deuil, ses difficultés en temps que père et veuf.
J'ai parfois trouvé Annie trop intrusive mais on comprend vite pourquoi.
Quand à Jenny, j'ai trouvé dommage qu'elle ne fasse pas plus partie du roman. On survole ce personnage pour ne s'en soucier et le mettre en avant qu'en toute fin de roman.

Ce fût donc une lecture agréable qui traite beaucoup de sujet tel que la maladie, le deuil, les mensonges, la maltraitance. J'ai passé un très bon moment à sa lecture même si à force d'en ajouter toujours plus au secret de Natalie je l'ai trouvé trop gros pour être crédible. Mais je n'en dirai pas plus au risque d'en dire trop et de spoiler l'ouvrage ;-)


😀😔

lundi 20 février 2017

Looping de Alexia Stresi








 Résumé :
Au début du xxe siècle, Noelie voyait le jour dans une petite ferme d'Italie. Mère analphabète, père inconnu. Ce départ dans la vie en valait-il un autre ? Non. Même pour l'époque, il n'était pas bon.
Soixante ans plus tard, Noelie invitait régulièrement à déjeuner chez elle ses amis du gouvernement, des célébrités de Cinecitta, des ministres libyens, des pêcheurs, des poètes, des huiles du Vatican et des amis d'enfance, restéspaysans pauvres. 
Entre-temps, elle avait parcouru le Sahara à dos de chameau. Elle avait appris à piloter des avions pour rendre visite à des Bédouins, élevait des poules, ne se plaignait jamais, nageait des heures durant, jouait à la marchande de pétrole entre plusieurs États, aux Indiens avec ses petits-enfants. Elle était devenue richissime et n'en parlait pas.
L'histoire de Noelie, c'est sa petite-fille qui nous la raconte. Elle fait revivre une femme libre, qui a transmis à sa famille joie de vivre, confiance et respect dû aux rêves, et dont la vie renferme de terribles secrets. 
Le conte de fées qu'elle a entretenu explosera en cauchemars de l'Histoire.



Mon avis :
Noelie voit le jour dans la ferme de ses grands-parents alors que sa mère Camilla est seule pour l'élever puisque son père était un militaire de passage. Après une dizaine d'année d'une vie simple à travailler dans les champs et à se satisfaire de sa vie rudimentaire, seulement coupée par quelques années chez le grand-père paternel qui vivait plus chichement, voilà que le militaire refait surface et vient chercher femme et enfant pour les emmener en Libye où il règne en maître, ou du moins le croit-il.

Si Camilla est une femme traditionaliste qui laisse les autres décider à sa place, et est plutôt empruntée, sa fille Noelie est tout son contraire : avant-gardiste, directive, courageuse, n'ayant peur de rien, elle marche sur les traces de son père, l'envie de conquête et la méchanceté en moins.
On découvre une jeune femme combative qui ne sait rester en place et à qui personne ne sait dire non. Pilote d'avion, éleveuse de poules, intermédiaire pour la vente de pétrole entre l'Italie et la Libye, ... Noelie nous fait voyager !

Alexia Stresi met beaucoup de passion dans sa façon de raconter le bonheur que prend Noelie à chacune de ses péripéties (j'ai beaucoup aimé les passages où on la découvre pilote d'avion). Si j'ai trouvé le ton pompeux et désué à certains moments, la plume de l'auteure sait nous attacher aux personnages et à leurs émotions et finalement ce ton convient parfaitement à ce roman.

De l'Italie à la Libye en passant par la Hongrie, l'auteure nous fait voyager. 
L'occasion d'embrasser le destin d'un peuple à travers les yeux d'une petite-fille qui raconte sa grand-mère.

😃

samedi 18 février 2017

Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi




 Résumé :
Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, à Biarritz, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent : les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.
C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.




Mon avis :
Julia a tout plaqué à Paris lorsque son père est décédé : adieu son mec et adieu son boulot. Elle a décidé de travailler temporairement à la maison de retraite Les Tamaris à Biarritz, en tant que psychologue, pour remplacer Léa partie en congé maternité.

Elle ne se sent pas forcément à l'aise avec les personnes âgées et pourtant ils vont lui offrir une belle leçon de vie et savoir conquérir son coeur.
Que ce soit Léon et sa tête de cochon, Louise qui s'ouvre à coeur ouvert malgré les 40 années que la maladie lui a volé, Gustave et ses blagues pourries, ... ou les autres, ils auront tous un petit quelque chose à apporter à Julia.

Je n'en étais pas à un quart du livre que déjà je riais aux éclats ! Et puis dans le même temps, les mots de Virginie Grimaldi m'amenaient  à la réflexion et m'inspiraient tellement d'émotions tellement ils sont vrais, justes et touchants.
C'est un livre qu'on commence et qu'on n'a aucune envie de poser tant on vit u rythme des personnages. On veut savoir ce qui les attendra aux prochains chapitres.

Julia est une jeune femme émouvante, pleine d'humour et haute en couleur. Ses deux collègues Marine et Greg sont des drôles aussi, on a l'impression d'être avec 3 vieux copains, c'est ce qui est rafraîchissant et qui fait la force de ce livre aussi, se sentir si près des protagonistes, quels qu'ils soient.


Avec des personnes âgées comme personnages, on s'attendrait à une histoire gnan-gnan et ennuyante et en fait pas du tout ! Ils ont beau être âgé, ils sont plein de vie, plein de bon sens, plein de vérité et plein de bons mots qui mènent à la réflexion et offrent une belle leçon de vie.


J'avais beaucoup aimé le premier roman de Virginie Grimaldi mais elle fait très fort avec celui-ci. C'est rare que je ris lors de mes lectures mais là j'ai eu de véritables fou-rires !


La fin est assez inattendue mais belle. Rien n'est prévisible dans ce roman et c'est ce que j'ai aimé aussi. Je recommande vraiment parce qu'on passe un super moment avec tous ces personnages qu'on n'a d'ailleurs aucune envie de quitter !


😄😍😊

jeudi 16 février 2017

Le chaperon voit rouge de Edgar Bak










Résumé :
Il était une fois, dans un pays pas si lointain, un drôle de chaperon rouge au nez retroussé et couvert de taches de rousseur. Une petite fille très courageuse qui croise de bien curieux personnages au fil de ses pérégrinations... L'occasion pour la petite héroïne de faire valoir à chaque rencontre un droit fondamental des enfants : s'exprimer librement, avoir des secrets, être bien traité, aller à l'école... Un livre essentiel pour aider les enfants à dire non et à se faire respecter.



Mon avis :

C'est à travers neufs courtes histoires mettant en avant le Chaperon Rouge et ses amis de contes tels Pinocchio, Hansel & Gretel, ... que Edgar Bak veut faire passer des messages forts qui sont les droits des enfants tels que le droit à la sécurité, le droit d'être bien traité, le droit à l'instruction, le droit à l'échec, ...

A la fin de l'ouvrage, l'auteur rappelle aux enfants que tout comme les adultes, les enfants ont des droits et que ceux-ci vont prendre de l'ampleur au fur et à mesure qu'ils grandiront et que si on ne respecte pas ces droits, qu'on se pense en danger ou une une connaissance alors ils peuvent appeler le 119, qui est le numéro du défenseur des droits des enfants.

Les histoires sont courtes et savent retenir l'attention du jeune lecteur. Mon aîné m'a beaucoup parlé de ce livre au fur et à mesure de sa lecture, je crois qu'il a vraiment apprécié qu'un ouvrage s'intéresse aux droits des enfants, les rappelle et lui permettent d'oser dire non et de se faire respecter par les adultes.

Les illustrations sont colorées, graphiques, géométriques et simplistes mais c'est aussi bien parce que ce n'est pas ce qui fait  la force de ce livre.
On a aimé retrouver des personnages qu'on connaissait déjà, des situations courtes et qui parlent aux enfants.
C'est un livre que je conseillerais à partir de 7/8 ans pour une lecture seule.
 
 
👍👦👧😀

mercredi 15 février 2017

Un enfant de pauvres de Christophe Honoré






Résumé :
Enzo raconte comment, avant de devenir champion de surf, il est devenu un enfant de pauvres. Comment, alors qu'il avait huit ans, les objets ont commencé à disparaître chez lui, lampes, chaises, vases, tapis, livres... Ses parents lui ont expliqué qu'ils n'avaient plus de travail. Puis c'est son père qui est parti. 
Sa mère a vendu tout ce qu'il leur restait et ils sont allés vivre chez une amie, au bord de la mer. 
Enzo s'est mis à voler un peu, pour se rassurer. 
Il raconte aussi l'amour d'Éthel et la découverte du surf. 
Une histoire graphique d'une puissante sobriété, sur le sujet encore tabou de l'argent, par le duo Christophe Honoré et Gwen Le Gac. 



Mon avis :
Enzo a 8 ans lorsqu'il découvre presque du jour au lendemain que sa famille est devenue pauvre : ses parents qui perdent leur travail, les meubles vendus pour arrondir les fins de mois, les invitations refusées car on ne peut rien apporter. Rien ne nous est épargné du vécu de cet enfant qui souffre de cette pauvreté mais qui n'en laisse rien paraître.
D'abord Enzo s'y fait, résigné puis il est triste et en colère et enfin il laisse éclater cette rage, à mauvais escient.

C'est une histoire graphique  vraiment riche émotionnellement, elle nous montre comment un enfant vit la pauvreté au sein de son foyer, avec toute une palette d'émotions.
Autant j'ai adoré cet ouvrage pour les émotions qu'il nous procure, la réflexion à laquelle il nous amène, autant la fin m'a déçue... J'aurai aimé que ce livre se termine autrement, même sans note joyeuse. Je trouve que la dernière page ne reflète pas le reste.

J'ai beaucoup aimé les illustrations de Gwen Le Gac, criantes de réalisme, qui nous font ressentir les émotions du petit garçon. Elles sont touchantes.
J'ai beaucoup moins aimé la couverture cartonnée, très épaisse même si j'imagine qu'il y a une raison pour que le livrev nous ai été présenté de cette façon.


👍😔

lundi 13 février 2017

Pas vraiment mienne de Catherine Bybee



 
Résumé :
La superbe Katie, alias Katelyn Morrison, héritière de l'empire des hôtels du même nom, semble avoir tout pour être heureuse. Mais lorsqu'elle se retrouve face à Dean Prescott - le seul homme qu'elle ait vraiment aimé - à l'occasion du mariage de son frère, Katie comprend que quelque chose manque à sa vie. 
Le destin frappe alors à sa porte, sous la forme d'un adorable nouveau-né, enroulé dans une couverture et déposé devant chez elle. Une lettre poignante de la mère accompagne la petite fille, appelée Savannah, et bouleverse Katie. Elle décide alors de garder le bébé jusqu'à ce qu'elle découvre l'identité de ses parents.
Ses plans sont contrecarrés par Dean qui, à force de tourner autour de celle qui lui a brisé le coeur, découvre vite son secret. 
Partagé entre la souffrance qu'il éprouve en voyant Katie et un besoin irrésistible d'être près d'elle, Dean fini par l'aider à résoudre le mystère qui entoure cette enfant surprise? Au risque de compromettre leur seconde chance de trouver le bonheur.



Mon avis :
J'ai commencé cette romance contemporaine sans savoir qu'elle était le deuxième tome d'une série. Ceci dit, l'une se lit très bien sans l'autre puisque je ne l'ai su qu'après ma lecture et qu'à aucun moment je ne me suis sentie perdue.


Katie Morrison est une jeune héritière, connue pour faire la une de la presse à scandale. Cependant, ces derniers temps, elle semble s'être calmé, ce qui est loin de rassurer son frère Jack et son ex Dean Prescott, qui se demandent ce qu'il se passe dans la vie de la jeune femme pour qu'elle montre des signes de maturité.

Katie, elle, doit cacher à tous, la présence d'un nourrisson, qu'une personne a déposé devant son palier une nuit. Qui est cette personne ? Pourquoi l'a-t-elle choisi pour élever son bébé ? Ne va-t-on pas lui réclamer de l'argent prochainement ?
En même temps que l'arrivée de ce nouveau-né dans sa vie, Katie doit travailler avec son ex, Dean, pour qui elle a toujours des sentiments. Serait-ce réciproque ?

Cette romance contemporaine m'a beaucoup plu. On devine rapidement l'intrigue de l'histoire mais ça n'empêche pas de ne pas avoir envie de poser ce livre tant qu'on ne l'a pas fini. Parce qu'on veut savoir si Katie gardera le bébé. Parce qu'on veut savoir si Katie et Dean finiront ensemble ou pas.
C'est un roman qui se dévore en quelques jours tant il est prenant !

Les personnages son vraiment attachants : Katelyn est une jeune femme réfléchie et mature, on n'a aucun mal à s'identifier à elle car malgré sa fortune elle a la tête sur les épaules et ne se comporte pas comme une écervelée. Dean est un homme travailleur, attentionné et protecteur. C'est d'ailleurs ce qui fait qu'on s'identifie facilement aux personnages et qu'on se plonge sans difficulté dans cette romance.

C'est donc une belle romance que nous offre Catherine Bybee, avec une intrigue captivante et des personnages attendrissants.
😍😍

mardi 7 février 2017

Ma mère patrie de Hanane Charrihi







Résumé :
Fatima Charrihi fut la première victime de l'attentat de Nice, le 14 juillet 2016.
Elle était musulmane, comme un tiers des personnes assassinées ce soir-là.

Sa fille, Hanane, dévoile la personnalité de cette mère d'exception. Exigeante et généreuse, puisant ses valeurs de paix et de tolérance dans sa pratique de l'islam.

Mais Hanane raconte aussi son chagrin dans l'omniprésence médiatique. Et la haine que sa famille a dû endurer en plein deuil.

C'est avec lucidité et douceur qu'Hanane prend la plume pour contrer les amalgames. Et rendre hommage à sa mère, en réaffirmant son attachement à la France, sa patrie.



Mon avis :
A travers ce témoignage émouvant, Hanane rend hommage à sa mère, Fatima, décédée lors de l'attentat du 14 Juillet 2016, lorsqu'un terroriste au volant d'un camion a foncé sur la foule sur la Promenade des Anglais à Nice.
Hanane nous parle de cette femme douce mais qui savait tenir ses 7 enfants dans le droit chemin par sa fermeté. Cette femme juste qui laisse un grand vide pour les siens.

A travers cet ouvrage, Hanane nous demande de ne pas faire d'amalgame entre l'Etat Islamiste et les musulmans, les premiers n'ayant rien à voir avec cette religion qu'ils prônent malheureusement.

Hanane nous raconte comment elle a vécu ce jour funeste et ceux qui ont suivis, comment elle a fait de cet événement une force, une envie de continuer de vivre.

C'est un témoignage émouvant, qui se lit très rapidement et nous plonge au coeur de la souffrance d'une famille qui a vécu les attentats de plein fouet...



😢

tous les livres sur Babelio.com

lundi 6 février 2017

Sphinx de Christian Jacq




Résumé :
Ils sont neuf.
Neuf représentants d'une confrérie mystérieuse dénommée Sphinx.
Neuf détenteurs des secrets de la vie, disséminés à travers le monde.
Neuf condamnés à mort par les nouveaux maîtres de la technologie, adeptes de l'argent-roi, dont l'objectif fait froid dans le dos: la prise de contrôle définitive du cerveau humain par les machines.
Depuis New York ces derniers ont engagé une traque implacable pour éliminer, un à un, les membres de Sphinx.
C'est compter sans la détermination d'un journaliste écossais, Bruce Reuchlin, redoutable enquêteur, prêt à prendre tous les risques pour déjouer leur plan diabolique.
Pour Bruce, désormais, chaque pas est un danger de mort. Plus il avance dans son enquête, plus la question l'effraie : qui gouverne vraiment notre monde?


Mon avis :
Bruce Reuchlin est un journaliste qui ne fait pas dans la langue de bois. Il n'hésite pas à faire sortir de l'ombre des affaires que des hommes hauts placés aurait souhaité garder secret. 
Quand le père de son ami, Mark Vaudin, meurt dans des circonstances louches, il décide de traquer le meurtrier avec son ami. Une enquête qui les mènera sur la trace des neuf représentants de la confrérie appelée Sphinx. Et plus les deux amis avanceront dans leur enquête, plus ils se poseront de questions.

C'est un livre qui aurait pu me plaire et pourtant c'est un flop... Pour un thriller, ce roman manque cruellement de rebondissements ! Et si l'auteur tente de mettre quelques énigmes dans son récit, elles sont trop rapidement résolues, ne laissant aucun place au doute. Tout est trop fluide, tout coule de source, c'est presque ennuyeux ! Parce que oui, je me suis ennuyée à la lecture de ce roman...

Heureusement, les personnages sont intéressants ! On a aucun mal à imaginer Bruce, Mark ou encore Apsara aux quatre coins du globe. Ils nous font voyager et c'est peut-être le seul point positif que je retiendrai de ce livre...

😒😩